Table of contents :

Comparez les réponses de GPT4 et Claude 3 facilement

Vous ne jurez que par l'IA ? Cet article comparatif entre GPT-4 et Claude 3 est fait pour vous. Trouvez le bon moyen de trancher et de déterminer qui a finalement remporté cette bataille acharnée entre ces deux IA de renom.

Comment comparer rapidement GPT-4 et Claude 3 Opus sur Swiftask ?

Swiftask est votre plateforme d'assistance IA tout-en-un qui vous permet d'atteindre instantanément GPT-4 et Claude 3 Opus. Pour activer cette fonctionnalité, vous devez choisir le multi-IA "Thanos". Pour faire court, Thanos est un agent multi-IA qui permet d'obtenir des réponses simultanées de plusieurs IA différentes rien qu'avec un seul prompt. Thanos est composé des IA suivantes : 

  • Claude 3 Opus
  • GPT-4
  • et Mistral Large.

Pour les besoins de ce test, nous ne prendrons en compte que les réponses formulées par Claude 3 Opus et GPT-4.

3 tests de puissance : GPT-4 vs Claude 3 Opus

Afin de tester convenablement ces 2 IA, nous avons concocté une série de tests pour mesurer leur performance.

Test n° 1 : génération de code informatique

Dans ce premier test, l’objectif est de demander à GPT-4 et Claude 3 Opus de générer un code à partir d’un seul prompt. Le prompt serait donc : 

“Écris un code en JavaScript pour créer un chronomètre. Il devrait permettre de démarrer, mettre en pause et remettre à zéro le chronomètre. En ce qui concerne le design, utilise des boutons verts et du texte noir.”

Voyons le code généré par GPT-4 : 

code généré par GPT-4

Voyons ensuite le code généré par Claude 3 Opus : 

code généré par Claude 3 Opus

Vérifions enfin le code sur un testeur de code HTML : 

Test chrono GPT-4
test chrono claude 3 opus

Test n° 2 : résoudre un problème technique

Pour le test n°2, nous allons demander à nos IA de résoudre un problème en bâtiment.

Voici le prompt : 

“Comment calculer la quantité de poids qu'une poutre IPN peut soutenir ? Donnez des exemples avec différentes tailles de poutre IPN et le poids qu'elles peuvent supporter.”

La réponse de Claude Opus 3 : 

Le calcul de la charge maximale supportée par une poutre IPN dépend de plusieurs facteurs : la taille de la poutre, sa longueur, le type d'acier utilisé et les conditions de chargement (charge uniformément répartie, charge ponctuelle, etc.).

Voici quelques exemples de charges maximales admissibles pour différentes tailles de poutres IPN en acier S235, sur une portée de 5 mètres, avec une charge uniformément répartie et un coefficient de sécurité de 1,5 :

  • IPN 80 : environ 3,5 kN/m soit 1,75 tonnes pour 5m de portée
  • IPN 100 : environ 6 kN/m soit 3 tonnes pour 5m
  • IPN 120 : environ 9 kN/m soit 4,5 tonnes pour 5m
  • IPN 160 : environ 17 kN/m soit 8,5 tonnes pour 5m
  • IPN 200 : environ 27 kN/m soit 13,5 tonnes pour 5m
  • IPN 240 : environ 40 kN/m soit 20 tonnes pour 5m

Plus la poutre est grande et massive, plus sa capacité portante est élevée. Par exemple une IPN 400 peut supporter plus de 110 kN/m, soit plus de 55 tonnes réparties sur 5m de portée.

Attention, ces valeurs ne sont que des ordres de grandeur. Le calcul précis nécessite de prendre en compte de nombreux paramètres (flèche admissible, risque de déversement, efforts tranchants, etc). Il est indispensable de faire réaliser une note de calcul par un bureau d'études pour dimensionner une poutre pour un usage donné.

En résumé, les poutres IPN ont une très bonne capacité portante qui augmente significativement avec leur taille. Mais un calcul par un professionnel est nécessaire pour les dimensionner au cas par cas en fonction des charges et contraintes spécifiques du projet.

La réponse de GPT-4 :

Le calcul de la capacité de charge d'une poutre IPN (profilé en I normal) dépend de plusieurs facteurs, y compris le matériau de la poutre, sa longueur, la section transversale (hauteur et largeur), ainsi que le type de charge (uniformément répartie ou concentrée en un point) et le mode de soutien (portées simples, continues, encastrées, etc.). Pour une estimation précise, il est souvent nécessaire de consulter un ingénieur structure.

Cependant, je peux vous donner une idée générale sur comment procéder à une estimation simplifiée pour une poutre sous une charge uniformément répartie, qui est un cas très commun.

Formule de base

Une formule souvent utilisée pour estimer la charge que peut supporter une poutre est l'équation de flexion, qui peut être Simplifiée sous la forme:

[ M = \frac{q \times L^2}{8} ]

où :

  • (M) est le moment fléchissant maximal en Nm (Newton-mètres),
  • (q) est la charge uniformément répartie sur la poutre en N/m (Newtons par mètre),
  • (L) est la longueur de la portée en mètres.

Il est important de noter que le moment fléchissant maximal (M) doit être inférieur au moment résistant de la section de la poutre, qui dépend des propriétés du matériau (comme le module d'élasticité) et de la géométrie de la section transversale. Ce moment résistant peut être obtenu à partir de:

[ M_{r} = W \times \sigma ]

où:

  • (M_{r}) est le moment résistant,
  • (W) est le module de résistance de la section, en cm³ ou mm³,
  • (\sigma) est la contrainte admissible pour le matériau, en N/mm² ou MPa.

Exemples

Prenons comme exemple deux poutres IPN de différentes tailles, avec une charge uniformément répartie et une simple portée. Supposons une qualité d'acier courante avec une contrainte admissible de 235 MPa pour simplifier (acier S235JR). Notez que les valeurs exactes des modules de résistance doivent être consultées dans des tables pour chaque profil.

Exemple 1: Poutre IPN 120, L = 4 m

  • Longueur (L) = 4 m
  • Charge admissible? Supposons un module de résistance pour IPN 120 est environ 30 cm³.

[ M_{r} = 30 \times 10^3 \times 235 = 7,050,000 , Nmm = 7,050 , Nm ]

Pour trouver la charge uniformément répartie maximale (q), réarrangeons la formule de flexion :

[ q = \frac{8 \times M}{L^2} = \frac{8 \times 7,050}{4^2} = \frac{56,400}{16} = 3,525 , N/m ]

Exemple 2: Poutre IPN 240, L = 6 m

  • Longueur (L) = 6 m
  • Supposons que le module de résistance pour IPN 240 est approximativement 240 cm³.

[ M_{r} = 240 \times 10^3 \times 235 = 56,400,000 , Nmm = 56,400 , Nm ]

Pour la charge uniformément répartie :

[ q = \frac{8 \times 56,400}{6^2} = \frac{451,200}{36} = 12,533 , N/m ]

Ces calculs sont très simplifiés et ne prennent pas en compte de nombreux facteurs importants dans la conception réelle, tels que la flèche de la poutre, les conditions de soutien, la présence de charges concentrées, et d'autres. Pour des conceptions concrètes et sécuritaires, il est crucial de consulter un ingénieur structure qui utilisera des logiciels de calcul structuraux et les derniers codes de construction pour déterminer précisément les capacités de charge.

Test n° 3 : trouver la meilleure solution

Le troisième test consiste à demander l’avis de chaque IA (Claude 3 Opus, GPT-4) et de voir qui propose la meilleur solution.

Voici donc le prompt :

"Imagine que deux personnes veulent vivre dans un endroit très froid où il fait -50°C. Comment pourraient-elles survivre pendant 30 jours dans ces conditions? Donne-leur des conseils pour les aider à y arriver."

Réponses de GPT-4 : 

Vivre dans un environnement extrêmement froid à -50°C exige une préparation minutieuse, des équipements spécialisés, et une connaissance avancée des techniques de survie en milieu glacial. Voici des conseils et orientations clés pour deux personnes projetant de survivre 30 jours dans de telles conditions :

1. Habitation isolée et chauffée

  • Choisir un abri adéquat : Optez pour une habitation conçue pour isoler efficacement du froid, comme une cabane en rondins avec un bon isolant, ou un refuge spécialement conçu pour les environnements polaires.
  • Isolation supplémentaire : Renforcez l'isolation en utilisant des matériaux additionnels comme des peaux d'animaux (dans un contexte de survie traditionnelle) ou des isolants modernes comme la mousse polyuréthane.
  • Système de chauffage : Prévoyez un poêle robuste à bois, à pétrole, ou tout autre combustible adapté aux conditions extrêmes, avec une réserve de combustible suffisante pour 30 jours. Assurez-vous que l'abri est équipé pour évacuer correctement la fumée.

2. Vêtements et équipements adaptés

  • Superposition des vêtements : Utilisez le principe des trois couches : une couche de base isolante (comme la laine mérinos), une couche intermédiaire chaude (fibre polaire ou duvet), et une couche externe imperméable et coupe-vent.
  • Protection extrême pour les extrémités : Portez des gants, des chaussettes en laine, et des bottes isolées adaptées aux conditions extrêmes. N'oubliez pas un bonnet, une cagoule, et un masque facial pour protéger le visage.
  • Équipements de survie : Emportez une trousse de survie incluant des allume-feu, couteau, lampe frontale, GPS satellite, radio pour communiquer et batteries ou chargeurs solaires.

3. Nutrition et hydratation

  • Stock de nourriture : Prévoyez des aliments riches en calories et en nutriments. Les aliments lyophilisés, les barres énergétiques, et les rations de survie sont légers et faciles à préparer, nécessitant souvent juste de l'eau chaude.
  • Hydratation : L'eau liquide est cruciale; ayez un système pour faire fondre la neige ou la glace en utilisant le poêle ou un réchaud. Évitez de manger la neige directement, car cela abaisse la température corporelle.

4. Sécurité et orientation

  • Préparation en cas d'urgence : Disposez d'une trousse de premiers secours adaptée aux conditions extrêmes, contenant notamment des médicaments pour traiter les gelures et l'hypothermie.
  • Connaissances en navigation : Maîtrisez l'utilisation du GPS et de la boussole. Les conditions peuvent rendre difficile l'orientation visuelle.

5. Activité physique et mentale

  • Maintien d'une activité régulière : Gardez-vous actifs pour stimuler la circulation sanguine et maintenir votre température corporelle, mais évitez la transpiration excessive qui pourrait refroidir le corps rapidement une fois immobile.
  • Bien-être mental : Apportez des livres, un journal, ou des jeux pour maintenir une bonne santé mentale. Le moral est crucial en situation de survie.

6. Planification et formation

  • Entraînement préalable : Suivez une formation spécialisée sur la survie dans des conditions extrêmes. Apprenez les premiers soins, la construction d'abris, le maniement des équipements spéciaux, et les techniques pour prévenir les engelures et l'hypothermie.
  • Plan d'évacuation d'urgence : Ayez un plan clair pour être secouru en cas de situation dangereuse. Cela inclut des moyens de communication d'urgence, comme un téléphone satellite.

Conclusion

Survivre dans un environnement à -50°C est extrêmement difficile et dangereux sans préparation adéquate. Une planification minutieuse, un équipement de qualité, et une formation adéquate en survie sont essentiels pour relever un tel défi.

Réponses de Claude 3 Opus : 

Voici quelques conseils pour survivre pendant 30 jours dans un endroit où il fait -50°C :

  1. Abri : Trouvez ou construisez un abri très isolé et étanche, comme un igloo ou une tente adaptée au grand froid. Calfeutrez bien toutes les ouvertures.
  2. Vêtements : Portez plusieurs couches de vêtements isolants en matériaux synthétiques ou en laine, avec une couche extérieure coupe-vent imperméable. Couvrez toutes les parties du corps, y compris la tête, le cou, les mains et les pieds.
  3. Feu : Prévoyez un moyen fiable de faire du feu pour vous réchauffer et faire fondre de la neige pour l'eau. Un poêle à bois est idéal. Stockez le bois à l'abri.
  4. Nourriture : Apportez des aliments riches en calories et en graisses comme du chocolat, des fruits secs, du beurre de cacahuètes. Prévoyez 2 fois plus que d'habitude. Gardez la nourriture près de vous pour éviter qu'elle gèle.
  5. Hydratation : Faites fondre régulièrement de la neige pour boire suffisamment et éviter la déshydratation. Buvez même si vous n'avez pas soif.
  6. Activité : Bougez régulièrement pour générer de la chaleur mais sans trop transpirer. Faites des étirements dans votre abri.
  7. Sommeil : Dormez proches l'un de l'autre pour mutualiser votre chaleur. Isolez-vous du sol avec un tapis de sol et utilisez un sac de couchage adapté au froid extrême.
  8. Hygiène : Nettoyez-vous avec une lingette pour rester propre sans vous mouiller. Changez de couches internes régulièrement pour évacuer l'humidité.
  9. Entraide : Restez attentifs l'un à l'autre, communiquez beaucoup, motivez-vous et surveillez l'état de santé de l'autre. La cohésion est essentielle.
  10. Sécurité : Ayez toujours avec vous une trousse de secours, une radio, des piles, une carte et une boussole. Prévenez des proches de votre situation et position.

Suivez scrupuleusement ces conseils et vous mettrez toutes les chances de votre côté pour tenir 30 jours dans le froid extrême. Mais gardez à l'esprit que -50°C représente des conditions très dangereuses. Réfléchissez bien avant de vous lancer un tel défi.

Qu'en pensez-vous ?

Cette comparaison vous a-t-elle plu ?

Nous vous invitons à faire de même : interrogez à la fois GPT-4 et Claude 3 Opus sur un même sujet, puis synthétisez les informations les plus pertinentes fournies par chacun de ces modèles de langue. Vous obtiendrez ainsi une réponse complète et de qualité, tirant le meilleur parti des capacités spécifiques de ces deux IA.

author

OSNI

Osni is a professional content writer

Published

April 11, 2024

Like what you read? Share with a friend

Ready to try Swiftask.ai?

Recent Articles